Le terme de ‘rapid e-learning’ est apparu au début des années 2000, en 2004 précisément par l’intermédiaire de la société ‘Bersin and Associates’. Mais que signifie réellement ce terme ?

Comme son nom l’indique, l’intérêt du ‘Rapid learning’ est qu’il est… rapide. (Jusque là tout va bien.) Mais pour qui ? Pour le formateur, ou pour l’apprenant ? Les deux en réalité.

*Pour le formateur:

Pour le formateur, le principal intérêt du ‘rapid learning’ réside dans la simplicité et la rapidité de conception (ou de modification) de modules. Quel que soit son niveau en graphisme, en ingénierie pédagogique, les outils auteurs ‘rapid learning’ apportent au formateur autonomie et réactivité.

Attention néanmoins à ne pas uniquement se reposer sur la simplicité d’utilisation et de proposer des modules qui seraient pauvres en terme de conception et de scénarisation !

*Pour l’apprenant:

Pour l’apprenant, non seulement le ‘rapid learning’ lui permet également une certaine autonomie dans la prise en main des modules mais surtout, il n’empiète pas trop sur son emploi du temps de salarié. On estime en effet de 10 à 15 minutes la durée moyenne d’un cours. Cette forme d’apprentissage est donc optimale afin d’approfondir un point en particulier. A cela s’ajoute la mobilité, puisque les modules aujourd’hui sont ‘responsive design’, c’est-à-dire qu’ils sont consultables autant sur un ordinateur, que sur une tablette ou un téléphone (même si le confort de lecture varie bien évidemment selon la taille de l’écran).

elearning-in-a-multi-device-world

 

Qu’en est-il aujourd’hui?

Si le ‘rapid learning’ a jadis souffert d’être perçu comme étant la version ‘low cost’ du e-learning, avec une interactivité limitée, la situation actuelle a heureusement changé, avec le développement et la démocratisation d’outils gratuits tels que :

Powtoon qui permet la création de courtes vidéos d’animation

Canva qui permet la création d’images ou de schémas

-AutoScreen Recorder qui permet la capture vidéo d’un écran

Ajoutons à cela que la plupart des outils auteurs proposent désormais d’inclure aisément des vidéos, des fichiers sonores et des quizz ; la diversité des supports contribuant au maintien de l’attention de l’apprenant. Autant d’éléments qui devraient vous aider à concevoir un scénario propre à votre cours.

D’une façon générale, le ‘rapid learning’ a connu un essor flagrant depuis le début des années 2010. Moins couteux et plus rapide, il répond aux attentes des moins de 40ans, habitués à trouver rapidement l’information voulue sur les Internets.

Preuve également de son impact, le concept est par ailleurs poussé à son paroxysme avec l’apparition du Micro learning, qui désigne les formations dont les durées sont inférieures à 3 minutes.