youtube-344107_960_720Média préféré des jeunes (ou du moins des 18/30 ans) Youtube reste pourtant assez méprisé des anciens médias et des plus de 40ans. Pourtant ce mépris n’est pas forcément justifié. Outre les vidéos de lolcats, tutos beauté et théories complotistes, Youtube est également le terrain de jeu favori de spécialistes passionnés: les vulgarisateurs. Le terme provient du latin ‘vulgar, vulgaris‘ et désigne le commun. Il y a donc une sorte de mépris inhérent au terme, qui pourtant est contredit par la qualité des vidéos proposées par ces passionnés. Chacun a ses thématiques et chacun à sa propre façon de la présenter. La plupart passent par une scénarisation poussée, quitte à s’inventer un personnage. Ils recourent également à une certaine forme d’humour (ironique, absurde etc.), le tout saupoudré souvent de références à la pop-culture.

Petite sélection de ces vulgarisateurs par thématique :

*Littérature : Le Mock (et non le Mooc, attention il y a un piège) : Le Mock est un duo de jeunes lyonnais (Redek et Pierrot), anciens étudiants en classe préparatoire, qui dynamitent la littérature classique. Le montage est rapide, le ton employé est volontiers dans l’emphase, l’humour souvent absurde, et les deux compères n’hésitent pas à jouer, et à recourir à l’anachronisme afin que les mots sortent de leurs pages de papier. Ce qui n’est pas une mauvaise chose quand il s’agit d’expliquer des textes pouvant paraître obscurs (par exemple, le poème de René Char déclamé comme une chanson du groupe Fauve). Lancée en 2014, leur chaîne rassemble aujourd’hui plus de 15 000 abonnés.

 

 

*Histoire : Nota Bene. Cela fait maintenant 3 ans que Ben (Nota BENe) a ouvert sa chaîne afin de “faire découvrir de nombreux sujets en rapport avec l’histoire de façon légère et compréhensible”. Le pari est à priori gagné si on se base sur sa communauté qui dépasse les 485 000 abonnés. En se basant sur des plans fixes, Ben, devant sa bibliothèque, aborde des sujets historiques on ne peut plus disparates et pas forcément beaucoup abordés  (Animaux de guerres,  La conquête de l’Ouest etc.)  à travers des formats différents ( Mythes et Légendes/ Motion vs History/ Reportages et Documentaires entre autres) pour des publics différents (Adultes, Enfants).

 

 

*Sciences : E-penser. La chaîne de Bruce Benamran a été créée en 2013 et rassemble aujourd’hui plus de 864 000 personnes. Au programme, de courtes vidéos explicatives autour du fonctionnement de l’univers, du corps humain ainsi que des vidéos retraçant les découvertes des grands savants (‘La preuve par vieux’), tournées en plan fixe. Le ton est posé, et Bruce recourt aux gros plans afin d’ interpeller directement son abonné. Le travail effectué par ce licencié d’informatique et de mathématiques est considérable, puisqu’il ne se limite pas à un seul format. Certaines de ses vidéos ne font que quelques minutes quand d’autres dépassent les 30mn, être vulgarisateur ne signifiant pas brader l’explication.

 

 

*Cinéma : Le Fossoyeur de Films. A la barre, François Theurel, installé dans la cité des papes et thésard de cinéma (je précise même si cela se sent très rapidement). Outre le regard très précis porté sur des œuvres méconnues et souvent méprisées (avec une affection assumée pour le cinéma de genre),  ce qui fait la patte du Fossoyeur c’est la qualité de ses scénarios, de ses vidéos d’un point de vue technique et cet humour pince sans-rire (Le Fossoyeur étant accompagné de Pupuce, la fidèle pelle qui l’aide à ‘déterrer’ les films à analyser). Depuis 2012 c’est plus de 624 000 abonnés qui ont décidé de suivre ses élucubrations cinématographiques.

 

 

*Marketing : Marketing Mania. Le parti pris de Stan Leloup (25 ans) est en soi, assez commun pour les vulgarisateurs. Il s’appuie sur la culture populaire (majoritairement audiovisuelle) afin de décrypter les techniques de marketing (si, je vous assure) de persuasion (publicitaire, politique etc.) et de storytelling. Au niveau du fond, le propos est net, clair et précis même si la forme est encore assez sommaire : Stan parlant face caméra dans une pièce capitonnée. Mais la communauté de Stan Leloup, composée de plus de 48 000 abonnés, n’est apparemment pas uniquement composée de novices du marketing puisque le jeune homme  propose également des vidéos tuto adressées aux professionnels, sur comment par exemple se différencier de ses concurrents etc.

 

 

Culture Générale : Axolot. Axolot, alias Patrick Baud, c’est un peu un OVNI, de par ce nom et ce logo qui font référence à un animal larvaire, capable de régénérer ses organes mutilés, et par ce refus d’aborder une seule et unique thématique (histoire, science, art..) Le parti pris étant de raconter l’envers du décor et autres savoureuses anecdotes. Peu prolifique, ses vidéos sont toujours des petits événements pour ses quelques 443 000 abonnés. A noter que cette communauté constitue une base solide de lecteurs de ses BD (oui car le bougre est multi-supports).

 

 

Musique : PV Nova. Soyons honnête, les cours de musique au collège (‘Sortez vos flûtes à bec les enfants, on va jouer Céline Dion’) ne donnent pas forcément envie de découvrir l’art noble qu’est la musique. Quant au solfège, même s’il constitue un passage obligé pour chaque musicien qui se respecte, ce n’est jamais réellement un enseignement très attractif…

PV Nova et ses lunettes colorées parviennent à parler musique d’une façon exigeante mais jamais rébarbative aux néophytes. La formule magique de PV Nova est constituée de plusieurs éléments: son humour faussement naïf (avec entre autres des commentaires humoristiques incrustés sur ses vidéos) mais surtout cette déconcertante facilité à jouer de tout. Alors bien sûr, ce n’est pas en regardant l’ensemble de ses vidéos  que vous allez réussir à composer rapidement un morceau, néanmoins elles permettent d’avoir un regard plus acéré et plus critique sur les principaux styles musicaux, de mieux comprendre leurs histoires, leurs structures etc.