music-2694489_1280

 

Le son est curieusement un élément pédagogique auquel on ne pense pas forcément immédiatement lors de la conception d’un module de formation, et c’est regrettable. Explications.

Un module de formation sans infographies, ou images, ou même blocs de texte choque indubitablement. Pourtant, un module de formation sans aucune piste sonore ne choque pas. Alors que penser ? Que la mémoire visuelle prime sur la mémoire auditive ? Pour vous peut-être, mais cela n’est peut-être pas le cas de tous vos apprenants. D’autant plus qu’il est fort probable que sur l’ensemble de vos apprenants, certains soient atteints de dyslexie.

Alors certes, il existe des inconvénients à l’utilisation du son en E-Learning. Il est par exemple difficile à  changer, et c’est un point qui le différencie d’un élément textuel. Une fois l’erreur commise avec une piste sonore, il faut alors tout refaire et ré-enregistrer. Autre souci : certains sons peuvent vite se révéler horripilants. Vous vous souvenez du ‘bip’ que faisait votre Nokia 3310 dès que vous appuyiez sur une touche ? Oui, eh bien évitez !

Voici donc quelques pistes de réflexions pour une bonne utilisation du son en E-Learning.

Diverses utilisations possibles :

  • Pour compléter, expliciter une information :

Imaginons par exemple que dans votre module de formation, vous présentiez un graphique un peu complexe. Pour ne pas surcharger l’espace de nouvelles données, vous pouvez recourir à une piste audio qui viendrait expliquer une partie ou l’intégralité de votre graphique. Si vous vous enregistrez, pensez dans un premier temps à écrire votre texte. Cette étape vous permettra de mieux structurer votre pensée. Soyez par contre conscient que votre texte, écrit par définition, devra s’adapter à un style plus oral et conversationnel. L’idée n’étant évidemment pas de faire un cours magistral et assommant. Essayez de faire en sorte que votre ton ne soit pas monotone (pensez aux intonations ascendantes).

  • Pour instaurer une ambiance sonore :

Vous pouvez bien évidemment, mais si vous êtes dans une logique d’ambiance, cela signifie que c’est le visuel qui prime sur la musique, et que celle-ci devient alors la ‘cerise sur le gâteau’. Soyez donc malin. Il ne s’agit pas de faire perdre à l’apprenant le fil de sa lecture, mais bel et bien de la rendre plus immersive (car c’est après tout le but de la musique : susciter une émotion). C’est ensuite par le souvenir de cette émotion que l’apprenant se souviendra de ce qu’il a vu. 

  • Pour narrativiser :

Si vous vous orientez vers une forme plus évoluée de E-learning, que ce soit un serious game, ou alors vers la réalité virtuelle (voir notre précédent article sur l’Immersive Learning) alors le travail sonore sera primordial. L’expérience a par ailleurs été poussée au maximum avec le projet ‘Notes on Blindness : into darkness’, produit en 2016 par la chaîne franco-allemande Arte. Voici le pitch : En 1983 l’écrivain et théoricien John Hull, après des années de détérioration visuelle, perd la vue. Il enregistre alors ses réflexions et découvertes sur des cassettes audio, cassettes qui servent de point de départ au projet.

(Privilégiez un casque pour visionner le trailer.)

 

D’une façon peut-être plus conventionnelle, si dans votre serious-game les personnages que vous avez créé n’ont pas des voix convaincantes, alors c’est l’ensemble de votre projet qui en pâtira. N’essayez donc pas d’économiser de façon drastique sur le doublage. Les voix permettent d’humaniser et donc de créer de l’empathie et à terme, de l’engagement.

  • Pour diversifier les médias :

Les sons, musiques, c’est une chose. Mais on peut tout à fait concevoir l’intérêt d’une interview, ou d’un micro-trottoir. N’hésitez pas à diversifier les approches ! 

 

Les erreurs à éviter :

  • Ne vous contentez pas d’une piste sonore où d’une façon très redondante, vous ne feriez que lire un paragraphe déjà inclus.
  • Laissez le choix à l’apprenant de couper la piste à sa guise.
  • Dans certains cas, il peut être préférable d’avertir l’apprenant qu’une piste audio va démarrer.
  • Soyez exigeant concernant la qualité de votre son. Il vaut mieux parfois pas de son du tout qu’un mauvais son.
  • Evitez les sons trop répétitifs.
  • Recourir à des sons, musiques qui ne seraient pas libres de droit.

 

En somme, faire l’impasse sur le son dans sa formation E-Learning est une erreur. Le E-Learning a cet intérêt de pouvoir inclure un grand nombre d’outils multimédia, dont le son. Correctement utilisée, une piste sonore amène une réelle plus-value à votre formation.