Chers Noobs, aujourd’hui vous découvrez une nouvelle catégorie nommée ‘L’actu eLearning Internationale’ où vous retrouverez, assez régulièrement, eh bien… une sélection de quelques actualités eLearning internationales. L’idée principale étant de sortir un peu de la veille francophone et de mieux percevoir les tendances, les réflexions, les événements qui se dégagent à un niveau international.

 

1. US : Des diplômes à 1$ par jour pour les employés de Walmart 

Assez méconnu des européens, Walmart est un géant de la grande distribution américaine. Désormais, les employés ayant au moins 90 jours d’ancienneté (que ce soit à temps complet ou bien à temps partiel) pourront avoir accès à une formation à hauteur de 1$ par jour, Walmart s’occupant de payer les frais de scolarité (cours, livres etc.) Ils seraient aujourd’hui près de 1.4 millions d’employés à pouvoir profiter de ce système, rendu possible grâce à un partenariat entre Walmart et trois universités : l’ Université de Bellevue, l’Université de Floride et l’Université de Brandman. Pour le moment, les formations proposées sont surtout  des  formations en commerce  ou en gestion de la chaîne logistique. Qui plus est, les futurs bénéficiaires de ce coup de pouce auraient également accès à un système de coaching, dispensé par ‘Guild EDucation’ leur permettant de mieux choisir leurs diplômes et d’être guidés lors de la phase d’inscription. En soit, la démarche est intéressante et profitable, mais ne nous leurrons pas, elle l’est également pour Walmart qui non seulement, soigne ainsi son image de marque  (et essaye de limiter son turn over) mais également lui permet d’investir dans de nouveaux talents (puisque le choix des formations est tout de même bien orienté sur les intérêts de Walmart).

Voir l’ article original en anglais : ‘Walmart’s perk for workers: Go to college for $1 a day’

 

2. US : 11ème édition de l’ ‘International Conference on E-Learning in the Workplace ‘

La prestigieuse université de Columbia s’apprête à accueillir, du 13 au 15 juin, la 11ème édition de la Conférence Internationale sur le eLearning au Travail (ICELW). A l’origine de l’événement : David Guralnick, fondateur de la société Kaleidoscope Learning. Cette année encore, plusieurs formats seront proposés, des conférences bien sûr, mais également des ateliers autour de sujets bien connus du secteur du eLearning comme les MOOCs, le mobile learning qui s’est imposé en quelques années ( ‘That’s something that people were not talking about when ICELW was first held.”)  ou encore la réalité virtuelle. A ce propos, David Guralnick, considère que s’il existe un réel intérêt pour la réalité virtuelle et la réalité alternée, il existe aussi une sorte de blocage conceptuel qui ralentit considérablement la démocratisation de cette technologie, notamment dans le secteur de la formation. D’autres sujets, peut être un peu moins connus seront également abordés, comme le recours à un storytelling transmedia (pour plus d’informations sur le transmedia, n’hésitez pas à lire notre article).

Voir l’article original en anglais : ‘Columbie Universityto host 11th annual international conference on e-Learning in the Workplace’

 

 

 

3. Inde : L’avènement du blended learning

L’approche hybride que représente le blended learning s’impose également en Inde. Que ce soit pour la société ‘Imarticus‘ qui propose des formations en finance et en management, la branche indienne d’ Udacity, ou encore Great Learning spécialisée dans les formations en économie digitale, le constat est le même : le blended learning apporte plus de flexibilité, un aspect collaboratif, autant d’éléments qui au final, aboutissent à de meilleurs taux de complétion des apprenants. Pour le directeur de Great Learning, Mokan Lakhamraju, l’optique du blended learning est intéressante dans la mesure où : “Learners find the drive to take up courses for hybrid or blended learning, because of collaborative learning and the personal touch. The completion rates have doubled and have gone up to 90%.” (Les apprenants se sentent motivés par cette approche hybride qu’est le blended learning, en partie grâce à son aspect collaboratif et pourtant personnalisé. Les taux de complétion ont doublé pour finalement atteindre 90 %.)

 

Voir l’ article original en anglais : ‘Classrooms still have a lesson for online courses’