Quelles sont les nouvelles, les tendances, à travers le monde du secteur du digital learning pour ce mois de septembre ? Réponse dans cet article !

 

1. Rwanda : Les Rwandais exhortés à se lancer dans le eLearning

La capitale rwandaise Kigali, accueillait du 26 au  28 septembre l ‘eLearning Africa Conference’. L’événement rassemblait plus de 900 délégations africaines, composées d’influenceurs, de professionnels du secteur, ainsi que des membres de gouvernements, afin de réfléchir à comment le digital peut permettre aux Africains de partager des savoirs, et au final, de préparer ensemble l’avenir.   A cette occasion, le ministre de l’Education rwandais, Eugène Mutimura a déclaré que l’apprentissage en ligne est intéressant de par le fait qu’il propose une bonne répartition entre vie professionnelle, vie familiale et éducation. C’ est donc une option très intéressante à considérer puisqu’elle permet de suivre des cours n’importe où, n’importe quand, du moment où une bonne organisation est observée et que le choix du bon programme a été fait. De son côté, l’organisatrice de l’événement Rebecca Stromeyer, a déclaré : ‘Nous espérons que cette conférence offrira les moyens pour permettre le partage de connaissances et d’expériences, passant outre les barrières de communication, pour donner à tous les Africains l’opportunité d’apprendre et d’acquérir les compétences dont ils ont besoin pour réussir’.

Voir l’article original en anglais : Rwandans urged to embrace e-Learning

 

2. Etats- Unis : les MOOCs de plus en plus utilisés sur les campus :

Certains avaient déjà enterré les MOOCs mais c’était sans compter les campus américains qui ont décidé d’envisager d’autres façons de les utiliser. La dernière idée en date étant d’encourager les étudiants du campus, ( ainsi que dans une moindre mesure les membres du personnel) à les consulter non pas pour obtenir des crédits supplémentaires, mais afin d’enrichir leur culture personnelle mais surtout en tant que prérequis pour certains cours. Ces derniers mois, plusieurs universités se sont arrangées avec les plateformes comme Coursera et Udacity pour que leurs élèves et leurs personnel puissent avoir accès gratuitement aux cours qu’elles ont développés. C’est le cas par exemple de l’université de Michigan, qui a lancé Michigan Online, plateforme regroupant près de 130 cours en ligne développés par l’université. Dans certains cas, cette offre a permis aux enseignants d’utiliser ces cours en ligne comme support, en demandant à leurs étudiants de s’appuyer sur tel ou tel cours en ligne avant d’assister aux cours magistraux, servant donc de prérequis. Même idée avec ‘Coursera for Duke‘ de l’université de Duke, qui est d’ailleurs à l’origine de cette initiative. Aujourd’hui c’est 11 universités qui s’appuient sur ce projet, dont l’Université de Californie à San Diego, l’université Johns Hopkins, et l’université de Sciences et Technologies de Hong Kong. Se sont également ajoutées au projet trois universités d’Amérique du Sud, ‘La Triade’ composées de la Tec de Monterrey à Mexico, l’ université des Andes en Colombie, et la ‘Pontificia Universidad Católica’ au Chili, regroupées sur une seule plateforme.

Voir l’article original en anglais : MOOCs find a new audience with On-Campus Students

 

3. Italie : Mobile Learning, la méthode Aba pour apprendre de nouvelles langues

Aba English, désignée comme meilleure application éducative en 2015 par Reimagine Education, est une plateforme d’apprentissage d’anglais. Maria Perillo, responsable pédagogique, revient dans cette interview sur les avantages du mobile learning (qui élargit l’expérience d’apprentissage de l’élève) mais insiste surtout sur la régularité primordiale qu’implique le mobile learning. En effet, il est plus facile d’assimiler une nouvelle langue à petite dose mais régulièrement, raison pour laquelle le temps optimal selon elle à consacrer à cet apprentissage tourne autour de 5 minutes. Elle poursuit ensuite en expliquant les différences d’apprentissage qui existent entre l’enfant et l’adulte. L’adulte aura évidemment plus de maturité mais sera surtout plus motivé pour des raisons de développement personnel. En ce qui concerne les enfants, ABA English fait le choix d’une approche dite ‘naturelle’. L’idée étant de d’abord proposer à l’élève un contexte stimulant (reposant entre autres sur la vision de courts métrages) qui va lui faire assimiler progressivement des nouveaux mots et expressions avant de consolider le tout avec les règles grammaticales.

Voir l’article original en italien : Mobile Learning : il metodo Aba per le lingue