Le digital learning a le vent en poupe et les entreprises l’ont bien compris. Cependant, les entreprises sont confrontées aux difficultés de susciter l’intérêt de l’apprenant en leur proposant un contenu de qualité, ce qui n’est pas une mince affaire… En effet, l’apprenant moderne a bien évolué depuis les années 80/90… De nombreuses études ont été menées à ce sujet, nous nous sommes notamment inspiré du livre blanc publié par 7 speaking pour rédiger cet article.

Apprenant moderne, who are you ?

Même si cela peut prêter à confusion, l’apprenant moderne ne fait pas référence aux différentes générations. En effet, la modernisation de la société et l’omniprésence du numérique touche plusieurs générations. Selon une étude publiée par Josh Bersin (Bersin by Deloitte, Meet the modern learner) le profil de l’apprenant moderne pourrait être définit comme suit :

  • Une concentration limitée
  • Une absence de déconnexion
  • Un emploi du temps chargé
  • Un besoin de satisfaction immédiat
  • Une soif d’information
  • Une volonté d’échanger et de communiquer

Ces différentes analyses de comportements montrent à quel point l’apprenant moderne est un être complexe. Les entreprises doivent redoubler d’efforts pour s’adapter et répondre au mieux aux attentes de celui-ci face au digital learning. C’est là que la forme et le fond du contenu proposé prennent de l’importance.

Apprenant moderne, what do you want ?

Les formations classiques ne cessent de diminuer au profit du Blended et du Digital Learning. Le milieu de la formation se renouvelle quotidiennement et a bien compris l’importance de s’adapter aux évolutions numériques. De son côté, l’apprenant veut faire l’expérience d’un contenu dynamique, de mises en situations, de vidéos, des jeux (ce qu’on appelle la gamification, n’hésitez pas à aller lire notre article Introduction à la gamification dans le e-Learning). Néanmoins, l’aspect ludique ne suffit pas. En effet, il faut veiller à proposer un contenu pertinent afin de pouvoir obtenir un engagement durable de la part de l’apprenant qui a tendance à vite se lasser. Plus le contenu sera varié, plus l’apprenant gagnera en engagement.

De nombreuses techniques existent en plus de la gamification pour capter l’attention de l’apprenant, parmi elles :

  • L’ Adaptive Learning : il s’agit de proposer du contenu adapté au profil de l’apprenant au travers d’algorithmes, celui-ci est co-acteur de sa formation. Je vous propose de lire notre article sur l’adaptive learning pour y voir plus clair.
  • Le Rapid Learning ou Micro Learning ou Quick Learning : c’est tout l’inverse de l’Adaptive Learning.Il s’agit de séquences composées de petites unités de cours allant de 3 à 15 minutes.
  • Le Mobile Learning : permet aux apprenants de se connecter depuis leur téléphone et de continuer la formation lorsqu’ils le souhaitent.

Les Ressources Humaines ont également un rôle fondamental au sein d’une entreprise pour inciter les employés à s’impliquer pleinement dans le programme choisi.

La formation doit pouvoir s’intégrer dans le quotidien de l’apprenant sans pour autant le bouleverser. Toujours selon cette même étude, Josh Bersin précise que l’apprenant ne consacrera que 1% de son temps de travail à la formation.

En conclusion

Il est indispensable de miser sur un contenu pertinent dans un format dynamique afin de capter l’attention de l’apprenant moderne. En sachant que la durée de vie des compétences professionnelles serait de deux ans et demi, le digital learning et toutes les techniques d’apprentissage qui en découlent sont donc essentiels pour permettre à l’entreprise d’évoluer et de gagner en compétitivité.