L’impact du Coronavirus sur les pratiques e-learning

Le 3 mars dernier, BFM TV a publié une chronique intéressante sur l’impact du coronavirus sur les différents secteurs d’activité. Parmi les plus impactés par la pandémie, on retrouve :

  • Le Tourisme. Aujourd’hui, il n’y plus un seul touriste chinois au Cambodge ou en Indonésie. L’impact est colossal sur ce secteur qui pèse 1 emploi sur 10 dans le monde soit 10% du PIB. On note 2 millions de nuitées perdues en janvier et février dans les hôtels européens. Annulation également du Salon du Tourisme à Paris et bien d’autres…
  • Le milieu du Spectacle / événementiel. On ne compte plus les annulations, entre le Salon de Genève, le colloque de l’Unesco sur l’Intelligence Artificielle, les spectacles et festivals qui se retirent… C’est 135 000 emplois touchés en France.
  • Le secteur des produits technologiques. Apple produit moins et Microsoft et Samsung sont eux aussi impactés par la crise. Bref, vous l’aurez compris, le virus coûte cher.

Cependant, certains domaines s’en sortent très bien et en profitent même pour rayonner :

  • Netflix et loisirs à domicile
  • Les visioconférences
  • Le télétravail
  • Le e-learning et la formation à distance

C’est ce dernier point qui nous intéresse, prenons le cas du système éducatif pour bien comprendre.

300 millions d’enfants privés d’éducation

Avec près de 300 millions d’enfants privés d’école, le coronavirus met le e-learning à l’épreuve. Une pandémie peut être une énorme entrave au schéma classique éducatif et c’est là que le e-learning entre en jeu. En février dernier, la plateforme londonienne Century spécialisée en IA et neurosciences a proposé des cours en ligne gratuits pour les 50 écoles qui ont dû fermer leurs portes en Chine, à Hong Kong, au Vietnam, en Corée du Sud, au Japon, en Thaïlande et aux Émirats Arabes Unis. Cette plateforme permet aux écoles de bénéficier chaque semaine d’environ 565 cours en ligne, une avancée énorme dans le monde du numérique. Les enseignants ont tout intérêt à se lancer dans les cours à distance, qu’ils soient à l’aise ou non avec les outils numériques.

Le « positif » dans une pandémie mondiale

Naima Charlier, Directrice Générale de l’enseignement à l’école Internationale d’ Hong Kong Nord Anglia affirme qu’il y a du positif malgré la situation de crise mondiale. En effet, de plus en plus d’enseignants apprivoisent le numérique et en constatent les bénéfices. Cette démarche n’est pas simple car beaucoup ne se sentent pas encore à l’aise ou confiants envers les nouvelles technologies, mais c’est une étape indispensable pour continuer à transmettre leur savoir-faire et à faire vivre l’enseignement.

Le gap éducatif

Toutes les écoles ne sont pas aussi développées que celle de Nord Anglia. Certains pays n’ont aucune infrastructure ni moyens humains, tout comme les élèves à la maison. C’est sur ce point que la formation à distance peut aussi accentuer le gap éducatif.
La mise en place du e-learning au sein d’une école peut prendre du temps, que ce soit sur l’équipement technologique ou la familiarisation des enseignants, parents et élèves avec cette évolution. A l’Université de Nord Anglia, les étudiants étaient déjà enclin aux outils technologiques. Ils utilisent des outils en ligne pour partager du contenu vidéo, images, idées.

La plateforme e-learning

Une plateforme e-learning permet l’apprentissage de façon autonome. Des ressources en ligne sont mises à disposition d’une communauté (étudiants ou employés) pour se former dans différents domaines.
Pour rappel, voici un article pour débuter dans le e-learning avec un outil auteur comme par exemple Crealearning. L’outil auteur permet de créer le contenu pédagogique.
Ensuite, pour diffuser le contenu de formation, il existe des solutions LMS simples comme Agora Learning qui permettent de gérer les sessions des formateurs et des apprenants très facilement. Un suivi complet des cours est proposé en ligne où l’on peut suivre l’évolution des élèves au cas par cas.

Le coronavirus comme accélérateur du digital learning ?

Du côté des entreprises, elles ont tout intérêt à déployer des solutions e-learning pour surmonter cette épreuve. Avec le télétravail qui se développe, il parait judicieux de former ses salariés à distance et d’accroître leurs connaissances face à cette crise. Les classes virtuelles permettent par exemple de réaliser des réunions accessibles sur la plateforme pour plus d’autonomie.

La création de parcours teambulding pour rapprocher les équipes peut être une idée intéressante. Si vous êtes concerné par les formations obligatoires (comme la formation IOBSP), c’est également le moment d’en profiter ! Vous optimiserez votre temps pour parfaire vos connaissances. Les marges de manœuvre des entreprises sont énormes durant cette crise.

L’avis Noobelearning

Pour conclure, il est essentiel de trouver le positif même dans le cas d’une pandémie mondiale comme celle que nous vivons. Le système éducatif peut en tirer le meilleur et connaître une véritable révolution technologique. C’est le cas également des entreprises privées qui peuvent vivre leur transition numérique en formant leurs salariés grâce au digital learning.